Le Rosaire Vivant

Origine du Rosaire

Le Rosaire est une prière universelle, utilisée en presque toutes les langues et dans la plupart des pays. Il a une valeur biblique et spirituelle universelle. C’est une prière très ancienne.

Au cours des premiers siècles, les chrétiens récitaient les 150 psaumes bibliques. Ces psaumes ont été remplacés, par 150 « Je vous salue Marie » ou « Ave Maria ». Pour les chrétiens, il est important de s’adresser à Marie. Les paroles sont celles de la salutation de l’Ange Gabriel à Marie et celles d’Elisabeth, à laquelle Marie s’est empressée de rendre visite.

« Je te salue, Marie, comblée de grâces, le Seigneur est avec toi » Luc 1,28

« Bénie es-tu entre les femmes, et béni le fruit de ton sein » Luc 1,42

Au cours des siècles, les 150 ‘ Ave Maria ’ furent divisés en trois groupes de 50. Chaque groupe prendra le nom de chapelet, comportant 5 dizaines d’Ave Maria.

Prier le Rosaire

C’est méditer l’Evangile par l’intercession de Marie avec les Mystères de la vie de Notre Seigneur :

– Mystères joyeux : Annonciation, Visitation, Nativité, Présentation au Temple, Recouvrement au Temple.

– Mystères lumineux : Baptême de Jésus, Noces de Cana, Annonce de Royaume, Transfiguration, Eucharistie.

– Mystères douloureux : Agonie de Jésus, Flagellation, Couronnement d’épines, Portement de Croix, Crucifiement et Mort.

– Mystères glorieux : Résurrection, Ascension, Pentecôte, Assomption de Marie, Couronnement de Marie.

Au XIXème siècle

Après les ravages causés par la Révolution Française,la déchristianisation est importante, l’incroyance se développe, les chrétiens sont plongés dans la tiédeur tandis que les ouvriers souffrent de pauvreté et d’injustice sociale.

Âme de feu, Pauline prend conscience qu’il faut redonner le goût de Dieu. Fervente à la dévotion à la Vierge Marie, et membre de la Confrérie du Rosaire, elle pense que cette prière, maintes fois recommandée par les Papes, pourra réveiller la société.

« Je priais incessamment Notre – Seigneur de sauver les pécheurs…je voulais contribuer à la gloire de Dieu ».

« Cette belle prière était laissée aux dévotes de profession, encore qu’elles fussent vieilles et n’eussent rien à faire ; ce qui était un préjugé faux… »

Organisation

Comment faire adopter cette prière à tout le monde ?

En 1826, avec son intuition habituelle et son sens de l’organisation, Pauline répartit la récitation du Rosaire entre des groupes de 15 personnes ou « associés », en l’honneur des mystères ; chaque personne s’engage à réciter UNE DIZAINE QUOTIDIENNEMENT, en méditant un des mystères de la vie de Notre-Seigneur. Ce mystère est tiré au sort, chaque mois, au cours de la rencontre mensuelle ; ainsi, le Rosaire est récité en entier, chaque jour, par le groupe des quinze ; tous les mystères sont médités à tour de rôle. Une Zélatrice est responsable d’un groupe.

En outre, chaque personne s’engage à recruter un nouveau membre, dans toutes les classes de la société, et à verser une petite somme annuelle pour la diffusion des bons livres.

Pauline incite à former des quinzaines dont chacune comporte :

« Du bon, du médiocre et quelques autres personnes qui n’ont que de la bonne volonté… Quinze charbons, un seul est allumé, trois ou quatre le sont à demi, les autres pas. Rapprochez – les c’est un brasier »

Les Associés constituent ainsi, par la solidarité des Mystères médités, une chaînede prière et forment dans l’union des cœurs, une grande famille spirituelle.

« Quel bonheur d’être unies à des âmes aussi bonnes ! Qu’elle est belle cette charité qui fait d’une multitude de personnes de tout âge, de toutes conditions, de tous pays, une seule famille dont Marie est la Mère »

Rosaire Vivant

C’est Pauline elle-même qui le nommera le Rosaire Vivant. Les Associés sont liés invisiblement mais réellement dans le Rosaire entier récité quotidiennement, aux intentions universelles du Pape, pour l’évangélisation des peuples, pour la conversion des pécheurs et la conservation de la foi dans l’Eglise.

« Le Rosaire Vivant, cette couronne de Marie, nous rend tellement un, quoique nous soyons plusieurs, comme une rose a plusieurs pétales, un rosier, plusieurs roses, un jardin, plusieurs rosiers »

Les groupes se multiplient en France, puis dans le monde. En 1834, le Rosaire Vivant comptait plus d’un million d’adhérents en France. Pauline peut écrire :

« Les dizaines continuent à se multiplier…En peu, nous serons en union de prière avec tous les peuples du monde ».

Pauline reçoit l’appui des Papes qui confieront le Rosaire Vivant à la famille dominicaine. Elle assurera le développement international de l’œuvre à partir de sa maison de Lorette et jusqu’à sa mort en 1862.

Aujourd’hui, le Rosaire continue d’être prié dans le monde de différentes façons, dans les Congrégations religieuses, les Paroisses, les Mouvements de Spiritualité, les Associations mariales, les lieux de Pèlerinage.