La chapelle de la Vierge à Fourvière

fourviereLa colline de Fourvière est un site stratégique séculairement reconnu pour son emplacement offrant une vue large et dominante sur les environs, c’est aussi un site chargé d’histoire.

En témoigne, d’abord, l’installation des Romains, puis celles des premiers chrétiens conduit par Saint Pothin, et plus tard, par des personnalités recherchant la campagne, le panorama étendu sur la ville et les Alpes.

Fondation

Un premier sanctuaire modeste consacré à Marie serait construit vers le milieu du 12ème siècle, rattaché aux chanoines de la cathédrale Saint Jean. Le culte de Thomas Becket est adjoint à celui de Marie.

Durant tout le Moyen Âge, c’est une modeste chapelle.

En 1476, Louis XI, roi de France, à son retour d’un pèlerinage au Puy (Haute-Loire), chemin de Compostelle, s’arrête à Fourvière. À sa demande, le culte de Marie et de Thomas Becket se développeront.

XVIIème siècle affirmation du sanctuaire comme un lieu de pèlerinage

Alors, Fourvière entre vraiment dans l’histoire de Lyon par une succession de vœux :

  1. I638 : vœu de l’Aumône Générale concernant les enfants orphelins, élevés à l’hôpital, atteints de scorbut. Il est décidé de faire un pèlerinage à la chapelle de Fourvière, pour obtenir leur guérison. Les enfants guériront.
  2. I638 : Louis XIII consacre le Royaume de France à la Vierge.
  3. I643 : vœu des Echevins de Lyon, concernant l’épidémie de peste menaçant tous les lyonnais, avec promesse d’une commémoration annuelle, le 8 Septembre, et celle de faire un pèlerinage à la Vierge et de donner 7 livres de cire en cierge et un écu d’or.

XVIIIème siècle un sanctuaire très fréquenté

Fourvière devient un pèlerinage de plus en plus fréquenté. La chapelle est trop petite et il est décidé de l’agrandir. La Révolution de 1789 éclipse la vie du sanctuaire. La chapelle sera fermée au culte en 18O1.

En 18O4, le Cardinal Fesch demande au Pape Pie VII, de passage à Lyon, de ré-ouvrir solennellement le sanctuaire au culte et au pèlerinage.

Au XIXème siècle, la vie religieuse devient de plus en plus intense.

En 1852, le 8 Décembre, est installée la nouvelle statue de la Vierge, œuvre du sculpteur Fabisch. De grandes festivités sont prévues et continuent aujourd’hui à faire une des gloires de Lyon.

En 1870, éclate la guerre contre la Prusse. De nombreux pèlerins implorent la Vierge de préserver la ville. On s’engage à construire une église plus vaste ; après bien des controverses, il sera décidé de ne pas agrandir la chapelle existante mais de construire une grande Basilique à côté. C’est l’actuelle Basilique de Fourvière, consacrée en 1896 par le Cardinal Coullié et érigée en basilique par le pape Léon XIII en1897.

Avec Pauline Jaricot

Monsieur et Madame Jaricot se rencontrèrent en faisant un chemin de Croix vers la Chapelle de Fourvière. Pauline, avec ses parents, ses frères et sœurs, comme tous les lyonnais « montent » souvent à Fourvière. La dévotion à la Vierge a une grande importance, en ce temps là.

plaqueAinsi, après sa conversion, Pauline prononça le vœu de virginité perpétuelle à la chapelle de Fourvière, la nuit de Noël 1816.

En 1825, elle habitera une petite maison, située à côté de la chapelle et plus tard à Lorette, au pied du sanctuaire.

En 1830, au moment de la révolte des canuts, Pauline passera trois jours et trois nuits, en prière, devant l’autel de la Vierge à la chapelle de Fourvière.

Soucieuse de la réconciliation au sein de la chrétienté, Pauline Jaricot institue une prière hebdomadaire, le Samedi, dans la chapelle dédiée à Saint Thomas de Canterbury.

Une plaque est placée dans la chapelle, de Fourvière, en hommage à Pauline Jaricot.

Aujourd’hui

La colline de Fourvière est devenue un haut lieu spirituel et touristique. Le site est très réputé et connu dans le monde entier ; par sa situation qui domine la ville de Lyon et offre un panorama particulier sur la chaîne des Alpes et le Mont-Blanc ; ainsi que par les célèbres illuminations du 8 décembre qui attirent de très nombreux touristes français et étrangers

Restauration

Depuis plusieurs années, de nombreuses restaurations furent nécessaires pour l’entretien et la sécurité des lieux.

Nous signalerons particulièrement :

En 2003, la foudre frappe le clocher de la chapelle de la Vierge

En mai 2008, la statue de la Vierge est descendue de son socle et déposée sur le parvis ; le socle est remis en état. La statue sera remise à sa place pour le 8 Décembre 2008

En 2007, la porte de la chapelle fut rouverte sur le parvis donnant ainsi un accès direct à la chapelle

En 2008, également, commence la restauration de la chapelle de Saint Thomas qui sera ouverte au public, comme lieu de prière et d’adoration du St Sacrement, toute la journée.

Vie du sanctuaire

Le Sanctuaire est ouvert toute la journée ; plusieurs messes y sont célébrées chaque jour ; des prêtres sont à la disposition des visiteurs ou pèlerins pour le sacrement de réconciliation ou toutes autres demandes ; un chapelet est médité chaque jour dans la chapelle de la Vierge. Des bénévoles sont présents sur le site pour tous renseignements, pour des visites individuelles ou en groupe, pour l’accueil des pèlerins…

Le 8 Septembre se tient avec solennité la fête traditionnelle du vœu des Echevins (épidémie de la peste endiguée en 1643) et la bénédiction de la ville de Lyon, par le Cardinal.

merci_marieLe 8 Décembre, fête de l’Immaculée Conception est, à Lyon, la fête religieuse par excellence témoignage de ferveur. Une procession aux flambeaux gravit « la colline qui prie » depuis le parvis de la cathédrale Saint Jean jusqu’au sommet, passant par l’illustre montée de Chazeaux, si chère à Pauline. Ce jour, un chapelet est médité à la chapelle de la Vierge, en continue, par différents mouvements mariaux, apostoliques ou groupes divers. Dans la ville de Lyon, de nombreuses églises sont ouvertes jusqu’à minuit où des jeunes accueillent en proposant un lumignon à déposer auprès d’une statue de la Vierge, avec une intention de prière à méditer sur place.

Depuis une dizaine d’années, durant quatre jours, la ville de Lyon s’illumine pour la joie de tous les lyonnais, grands et petits, et celles des visiteurs de plus en plus attirés par ces célèbres illuminations faites de prouesses technologiques, sous le regard de bienveillance et de tendresse de MARIE qui domine la colline et son sanctuaire.